Rappel gratuit
  • slide01
  • slide01
  • slide01
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Demain, J'arrête...la tototte!

Demain, J'arrête...la tototte!

Le 04 mars 2015
Demain, J'arrête...la tototte!
Pas facile de se lancer pour enlever la tétine à votre enfant! Vous vous posez mille et une questions et vous ne savez pas comment vous y prendre pour que ça se passe le mieux possible: faites lui confiance!
 
Tototte, sucu, sucette, …quelle aventure et surtout, quelle prise de tête !!
 
Pendant la grossesse, beaucoup de parents se posent la question de donner ou non une tétine à leur bébé. On leur a dit que c’était difficile de s’en passer, que ça déforme les dents etc, etc.

D’autres se disent tout de suite : « une tétine, hors de question !! ».

Alors bébé arrive et les pleurs commencent. Coliques, pleurs du soir, pleurs incompréhensibles… les pleurs sont le seul outil de communication que possède un bébé.

Ces pleurs peuvent être source de beaucoup de stress pour les parents. A bout de nerfs, certains commencent à se triturer l’esprit en se demandant si finalement, une sucette n’aiderait pas leur enfant à se calme. Les voilà alors partis dans l’aventure de la tototte.

Les mois passent semés de petits désagréments comme se lever plusieurs fois par nuits pour remettre la tétine au petit bout qui pleure, les pertes de tototte en promenade ou au supermarché pour rentrer dans les pleurs inconsolables…

Et puis bébé a grandi, il commence à parler, va à l’école mais il a toujours sa tétine dans la bouche, jour et nuit, quoi qu’il fasse, elle est là. Même si ce n’est pas un accro, papa et maman (parfois poussés par l’entourage) commencent à se dire qu’il va falloir enlever cette sucette.

Mais cette étape peut faire peur. En effet une routine s’est installée avec votre enfant devenu plus grand, les nuits sont calmes, il s’endort plus facilement…alors loin de vous l’envie de devoir vous lancer dans plusieurs nuits et siestes en pleurs parce que votre enfant réclame sa sucette.

En parent aimant et attentionné, vous vous demandez également « si c’est bien juste de lui faire ça, s’il est prêt, si ce n’est pas trop ? Après tout, il s’en passera bien tout seul !! ». Détrompez-vous, il se passe rarement de son doudou ou de sa tototte tout seul (jusqu’à quel âge avez-vous gardé votre doudou ou tétouillé votre pouce discrètement ?).

Comme beaucoup d’étapes de ce genre à franchir, c’est important de le faire progressivement et de faire participer l’enfant. Qu’allez-vous faire de la tototte (envoyée au père noël, aux bébés cloches de Pâques, aux bébés qui n’en ont pas…) ? En choisissant cela, votre enfant devient acteur de cette étape et ne ressent pas une injustice des adultes qui décident sans le prendre en compte.

Et surtout, faites-lui CONFIANCE ! Pour vous, c’est encore votre bébé, votre tout-petit même si vous voyez qu’il grandit. Vous vous dites peut être qu’il ne peut pas maîtriser ce besoin de succion, qu’il ne va pas comprendre.

Notre enfant comprend et surtout ressent énormément de choses dès le plus jeune âge et nous avons souvent tendance à l’oublier. Nos enfants ont également une merveilleuse capacité d’adaptation.

Par envie et besoin de les protéger, nous leur épargnons souvent le plus possible de contrariétés, pensant qu’ils vont se mettre dans un état pas possible et ne plus pouvoir ressortir de leur colère. Et si on essayait ???

Ce sont parfois nos peurs à nous, d’adulte, que nous mettons en jeu (peur de le voir souffrir, peur d’être un mauvais parent…) sans nous en rendre compte. Chaque épreuve et chaque étape est une occasion pour notre enfant de grandir et de développer de nouvelles ressources.

Vous pouvez plutôt voir cette étape sans tototte comme l’occasion pour votre enfant de développer une ou plusieurs de ces nouvelles ressources : « comment vas-tu faire pour t’endormir lorsque tu n’auras plus ta tétine », « lorsque tu auras un chagrin et que tu auras envie de prendre ta sucette, que peux-tu faire ? ». Inventez, proposez-lui des solutions et surtout laissez-le en trouver, vous serez étonnés !

Bien sûr, il y aura certainement un, voire deux ou trois endormissements compliqués parce que malgré toute sa force et sa détermination, cela fait plusieurs mois, voire années que votre enfant est conditionné dans son endormissement. Alors vous serez là pour l’accompagner dans la plus grande des douceurs, pour mettre des mots sur ce qu’il peut ressentir « je comprends que ça soit difficile pour toi de te passer de ta tétine, tu dois te sentir un peu triste », « peut-être que tu as l’impression que tu ne pas y arriver, que c’est trop dur », « moi je sais que tu vas y arriver, j’ai confiance en toi, je suis là pour t’accompagner dans cette étape pour devenir un grand » !

Votre enfant sentira toute la sécurité et la confiance que vous lui accordez et s’en sentira chargé pour traverser ce moment et devenir un grand ! Il bénéficiera alors de toute cette sécurité et cette confiance en lui et en vous pour pouvoir passer de nouveaux caps plus facilement.